2007

Emporté par l’élan d’une année 2006 prolongée d’une seconde (1), j’allais laisser passer le 31 janvier, date à partir de laquelle mieux vaut invoquer, hypocrite, une défaillance de la poste que d’adresser ses voeux !

Dans son journal(2) écrit depuis sa prison de Riom, Jean Zay décrit, à la date du 7 janvier 1942, la société d’alors : « une humanité souffrante où chacun, succombant sous son propre fardeau, estime léger les tourments du voisin ». 65 ans et quelques jours nous séparent de cette formule mais notre époque s’y retrouve. Un ministre qui veut se faire président feint de compatir aux fardeaux de chacun tout en promettant une compétition économique qui exclut, en cultivant un individualisme qui divise, en attisant la peur de l’autre qui stigmatise. La réponse à l’époque et au ministre tient cette fois en un bulletin de vote portant le nom d’une femme(3). Et peut-être aussi dans ce que Jean Zay évoque quelques lignes plus loin et toujours dans l’adversité de sa geôle, son « émotion de constater qu’aucun de ceux sur lesquels on comptait n’a vraiment fait défaut et que, même, il s’en est révélé dont on ne soupçonnait point la fermeté ! Amis qui deviennent frères, dont se fixe l’image exacte ; qui savent trouver à la minute précise où on l’attendait, le geste convenable ; qui vous font la visite espérée ; qui vous écrivent la lettre escomptée… » Une manière d’être ensemble, de partager les fardeaux.

Bonne année 2007. Que ces voeux tardifs prolongent et décuplent leurs effets !

(1) En fait, c’est la soixantième minute de l’année qui fut prolongée et dura 61 secondes. Cette seconde, dite intercalaire, résulte de l’application d’un accord international signé en 1972 qui stipule que la différence entre le temps universel coordonné, déterminé théoriquement, et le temps universel, définit par l’orientation de la terre par rapport aux étoiles, ne doit jamais dépasser une seconde (renseignements sur www.obspm.fr).

(2) Souvenirs et solitude, Paris, 1945, réédité par les Editions de l’Aube en 2004. Jean Zay, député du Loiret en 1932, ministre de l’éducation nationale de 1936 à 1939, fut emprisonné par le régime de Vichy puis assassiné par la milice le 19 juin 1944.

(3) A ne pas manquer : les bureaux de vote ouvriront à 8 heures du matin, le dimanche 22 avril pour le premier tour de l’élection présidentielle. Le second tour aura lieu le 6 mai. Les élections législatives auront lieu les 10 et 17 juin (infos sur www.cidem.org).

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>