En sanction du désastre…

« Une singulière loi historique, écrit Marc Bloch dans L’Étrange défaite, semble régler les rapports des États avec leurs chefs militaires. Victorieux, ceux-ci sont presque toujours tenus à l’écart du pouvoir ; vaincus, ils le reçoivent des mains du pays qu’ils n’ont pas su faire triompher. Mac-Mahon malgré Sedan (photo), Hindenburg, après l’effondrement de 1918 ont présidé aux destinées des régimes issus de leurs défaites ; et ce n’est pas le Pétain de Verdun, non plus que le Weygand de Rethondes, que la France a mis ou laissé mettre à sa tête. » Avec une ironie mordante, Jean Zay dit un peu la même chose. Dans Souvenirs et solitude, ses carnets rédigés alors qu’il était emprisonné par le régime de Vichy, il moquait les militaires qui, « ont perdu une guerre par leur impéritie et leur manque d’imagination » et qui « en sanction du désastre », « s’emparent du pouvoir ».

Aux vues des nominations intervenues ce mois-ci en Grèce, en Italie ou à la tête de la banque centrale européenne, on peut s’interroger, sans être soupçonné de sympathies pour l’extrême-droite, afin de savoir si la singulière loi historique de Marc Bloch peut s’appliquer à d’autres domaine que l’armée. Les nominations en question sont, dans l’ordre chronologique :

Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne nommé le 1er novembre 2011, est aussi ancien vice-président de la branche européenne Goldman Sach, banque d’affaire poursuivie en justice par le gouvernement des Etats-Unis dans l’affaire de la crise des «subprime», ancien gouverneur de la Banque d’Italie nommé par le gouvernement Silvio Berlusconni.

Loukas Papademos, premier ministre grec nommé le 10 novembre 2011 à la tête d’un gouvernement d’union nationale incluant l’extrême-droite, est aussi ancien gouverneur de la Banque de Grèce et ancien vice-président de la Banque centrale européenne. Il n’a jamais été élu parlementaire dans son pays.

Mario Monti, premier ministre italien nommé le 13 novembre 2011 devra se trouver une majorité dans le parlement qui a porté, hier, S. Berlusconni au pouvoir. Universitaire prestigieux, ancien commissaire européen, il est aussi ancien international advisor de Goldman Sach. Il a été nommé Sénateur à vie par le président de la République italienne le 9 novembre 2011.

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>