Catégorie : Débats

Dans le bruit et la fureur du débat public… Cette catégorie regroupe mes prises de positions sur les questions politiques comme le contrat d’union civile, le pacs, l’homophobie, le si subtil droit à mourir dans la dignité, l’état de la gauche et du parti socialiste, les médias et la démocratie, la République…

LGBT: des élus PS répondent à l’UDI

2016 05 Pinkwahing

Dans une tribune publiée lundi 16 mai dans Libération, des membres de l’UDI reprochaient au gouvernement son «dédain» envers les homosexuels et les trans (ici), des élus socialistes rappellent que 25 députés UDI sur 30 ont voté … contre le mariage pour tous à l’Assemblée.

logo LIBERATIONFaire des travaux chez soi, repeindre une pièce où un bout de la façade, c’est le plaisir – ou la corvée – des longs week-ends. Celui de Pentecôte, quoique raccourci en 2004 par un Premier ministre centriste du temps où ils étaient presque tous à l’UMP, n’a pas dérogé à l’usage. Nous fûmes donc honorés d’une belle expérience de pinkwashing de la maison UDI, dans ces colonnes mêmes. Continuer la lecture

« Un manifeste pour faire avancer l’égalité des droits »

2016 01 HebdoPS

[Interview parue dans L’hebdo des socialistes du 12 mars 2016]

PictoPSDenis Quinqueton est président d’Homosexualités et Socialisme (HES). L’association élabore son manifeste – le Manifest’HES – pour porter ses revendications en faveur de l’égalité.

Qu’est ce que le Manifest’HES ?

HES existe depuis 33 ans et a été créé par des militants socialistes pour porter au sein du PS les questions de l’égalité des droits, de la lutte contre les discriminations à l’égard des personnes gays lesbiennes, trans… A l’époque, ce n’était pas un sujet politique. Nous avons depuis remporté certaines victoires et nous nous battons encore sur de nombreux autres sujets. Continuer la lecture

En France, la transidentité incomprise, voire dénigrée

20160120-danish-girl

LePlusicon175x175Le film « Danish Girl », qui revient sur l’histoire d’Einar Wegener, l’un des premiers transsexuels à avoir subi une opération pour changer de sexe, sort sur les écrans ce mercredi. L’occasion, pour Denis Quinqueton, président d’Homosexualités et Socialisme, et Corinne Narassiguin, porte-parole du PS, de rappeler que la France a encore des progrès à faire sur la question de la transidentité. 

[Publié sur L'Obs-Le Plus, le 20 janvier 2016]

Alan Turing et Lili Wegener : l’un est né à Londres en 1912, l’autre, à Vejle (Danemark) en 1882. L’un était un génie des mathématiques, de Berkeley à Cambridge, et l’un des pères de l’informatique. L’autre était artiste peintre, aux côtés de sa femme plus renommée que lui, à Copenhague. Continuer la lecture

Déchéance de nationalité : on ne bricole pas avec l’égalité

2016-01-05-decheance

LogoYaggTribune pour le site Yagg.com (et pour s’y abonner, c’est ) en tant que président d’Homosexualités et Socialisme (pour adhérer ou nous soutenir, c’est ici) afin d’expliquer pourquoi je suis contre le projet sur la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français. Au nom d’une « grande valeur »: l’égalité.

L’égalité, c’est le fait que l’ensemble des citoyen·ne·s, quelles que soient leurs conditions sociales, leurs positions géographiques, leurs genres, leurs vies privées, leurs origines, la religion qu’ils pratiquent ou ne pratiquent pas, est soumis aux mêmes lois, dispose des mêmes droits et encoure les mêmes sanctions. C’est pour répondre à cette volonté d’égalité que les révolutionnaires de 1789 ont doté la France d’un Code pénal unique en 1791 puis, après force débats, d’un Code civil, lui aussi unique, en 1804. Tout cela succéda à un maquis de règlements et autres édits variables en fonction du lieu où l’on se trouvait, de sa condition, de son origine. C’est aussi sur la base de ce principe d’égalité que l’on a construit le droit de notre nationalité qui ne distingue pas celles et ceux qui l’ont acquise au cours de leur existence de celles et ceux qui sont nés avec (1).  Continuer la lecture

Je suis catégorique : j’ai 50 ans !

IMG_5264

Enfant, quand je comptais les années sur mes doigts, je classais l’humanité en trois catégories. Il y avait les enfants, comme moi, qui allaient à l’école, jouaient le jeudi puis le mercredi, faisaient des bêtises à la récréation. Quelques uns étaient très bons à l’école, avaient l’air de travailler beaucoup et de plaire aux professeurs, mais peu importe, ils étaient des nôtres. Continuer la lecture