Catégorie : Récits

On croise parfoit des personnes dont le parcours est impressionnant, touchant, d’une certaine manière exemplaire.

Un voile de brume se lève

2016-11-bey00

PictoOKChers tous, « Les mots courent après les faits comme un chien après sa queue. Tout dépend du genre de chien que vous êtes. » dit le docteur Chahine dans Soudain la nuit (1), que j’ai vu au Sunflower Theater, à deux pas de Badaro, à Beyrouth. C’est, ma foi, vrai. Tâchons tout de même de trouver quelques mots plus véloces que d’autres pour évoquer ce voyage et parions sur la qualité des chiens… Continuer la lecture

“Les enfants, laissez-moi…”

KevinBlog

Voici quelques mots, ni faciles à écrire, ni faciles à prononcer. Je les ai écrits ce week-end et je les ai prononcés aujourd’hui, dans la Salle de la coupole du crématorium du Père Lachaise, parmi d’autres prises de parole, délicieuses et fidèles à Kevin.

Impression« Les enfants, laissez-moi ! ». C’est avec ces mots que Kevin, du haut de ses 32 ans, a conclu la visite de deux trentenaires et d’un quadragénaire finissant, dans sa chambre de l’hôpital Saint-Antoine, jeudi dernier. Continuer la lecture

Christian !

ChristianBlog

PictoOKC’est revenu comme un flash en entrant dans sa chambre de l’hôpital Henri-Mondor ou il dormait, immobile, vendredi il y a 10 jours : c’est en le regardant devenir adulte avec mes yeux d’enfant que j’ai commencé à concevoir, à comprendre, à envisager, que la vie ne pouvait se résumer à arpenter sentiers battus. Quel précieux cadeau ! 
Continuer la lecture

18 000 jours et une phrase

IllusBillet18000

PictoOKSi l’on considère que j’ai vécu 13 jours en 1965, 365 jours en 1966 et 67, 366 jours en 1968, loin de toute agitation, 365 jours en 1969, beaucoup trop jeune pour m’imaginer tête-bêche mais suffisamment pour entrer à l’école maternelle, 365 jours en 1970, 71…

Continuer la lecture

Maurice Boscavert…

MBoscavert 1

PictoOKLa première fois que je l’ai rencontré, nous avons discuté un moment sur un trottoir de Taverny, en sortant d’une réunion. J’avais 23 ans. Il m’avait alors raconté, avec force détails mais des yeux malicieux, qu’il avait fait ses études à la Villa Médicis à Rome. Et comme j’étais crédule, que j’ignorais pratiquement tout de lui et de la dite « Villa », je l’avais cru. Un ami, qui l’est d’ailleurs toujours, le connaissait mieux que moi et assistait à cette conversation. Il savourait et s’était retenu de pouffer. Mais comme c’était déjà un ami, à peine passé le coin de la rue, il m’avait remis les pieds sur terre et nous avions éclaté de rire. Pourtant, il n’avait pas été avare de précisions, le bougre. C’est ainsi que je l’ai connu, dans un éclat de rire. Continuer la lecture